Entre ruptures de stocks et difficultés d’approvisionnement, le Covid a bouleversé l’ensemble de nos supply chains. Dès le premier confinement en Mars 2020, le constat est sans appel : certaines entreprises se sont retrouvées contraintes de diminuer le rythme de leur activité, si ce n’est de l’arrêter complètement. D’autres, à l’inverse, ont dû accélérer la production.

 

Le Covid, un révélateur de la faiblesse des supply chains

40% des entreprises assurent ne pas avoir été suffisamment armées pour faire face à la pandémie, selon une étude publiée en Janvier 2021 par Orange Business Services. Cette crise a mis en lumière la fragilité des processus des chaînes d’approvisionnement, que ce soit en France ou dans le monde.

La production a augmenté pour certains secteurs tandis qu’elle chute pour d’autres. Par exemple, l’agroalimentaire ou encore les produits de première nécessité, ont vu leur demande augmenter de façon fulgurante. Ce n’est pas sans rappeler les ruptures dont nous avons été témoins dans les supermarchés sur les paquets de pâtes ou les rouleaux de papier toilette il y a quelques mois. A contrario, les secteurs tels que l’automobile ou l’aéronautique ont considérablement ralenti, les usines restreintes à travailler à mi-régime.

Dans ce contexte sans précédent, trouver le bon niveau de stock est un défi plus complexe que jamais. Pour cause, un manque certain de visibilité sur la demande des consommateurs mais également au sein d’une même chaîne. De plus, l’interdépendance entre les acteurs fragilise les approvisionnements, ce qui ralentit les chaînes de production et retarde les disponibilités des produits.

Comment réagir ?

Certes, les pics de consommation ont déstabilisé les habitudes de production et de livraison, cependant l’entreprise peut toujours s’aligner sur le comportement des consommateurs en suivant les tendances et en cherchant les signaux qu’elle pourrait percevoir de son marché, notamment en période post-confinement.

Cette stratégie repose essentiellement sur de la veille active du marché mais elle ne permet pas de faire face à l’incertitude de la demande à plus longue échéance et de manière suffisamment efficace.

Améliorer la résilience de sa supply chain

La situation exceptionnelle que nous vivons a engagé une prise de conscience des risques et de l’importance de revoir ses processus. Les entreprises y voient l’opportunité d’améliorer ces derniers afin de gagner en maîtrise de leur supply chain.

Avoir une visibilité sur l’avenir est essentiel pour permettre de planifier ses stocks le plus finement possible. Dans l’agro-alimentaire, le défi est important pour éviter les pertes sur des produits plus facilement périssables que d’autres industries. Dans les secteurs en ralentissement économique, il est essentiel de se prémunir contre les coûts supplémentaires liés aux stocks et à la surproduction.

Seulement, anticiper avec précision un futur incertain et variable n’est déjà pas chose aisée, le faire avec des outils traditionnels l’est encore moins. L’enjeu majeur est de se préparer pour surmonter la crise dès à présent, mais aussi d’être plus fort face aux prochaines turbulences mondiales à venir. Des solutions simples et rapidement actionnables existent pour prévoir les perturbations et planifier efficacement ses stocks en conséquence. Nous partageons conseils et bonnes pratiques sur ce sujet lors de notre webinaire du 18 mars.

 

Cela vous intéresse ? Le replay est accessible ici : Voir le replay