Comme nous l’avions indiqué dans notre article d’avril, la métallurgie, au même titre que d’autres secteurs, est lourdement impactée par l’augmentation des prix des matières premières. En effet, la reprise de la demande a été plus importante que prévu par les entreprises du secteur.

Ainsi, de nombreux métallurgistes connaissent un effet “bullwhip” (ou effet “coup de fouet”) sans précédent. En dépit des stocks constitués en amont, des pénuries risquent de voir le jour dans les prochains mois avec le risque de ruptures d’approvisionnements indispensables à la production. D’après une étude menée par le cabinet de conseil PwC, la disruption des chaînes d’approvisionnement constitue l’une des principales sources d’inquiétude pour les professionnels du secteur.

En effet, si nous parlions précédemment de l’augmentation des prix des matières premières pour les entreprises de la métallurgie dans un contexte de pénurie, il en est de même pour les secteurs clients de ces derniers. À titre d’illustration, le secteur automobile est fortement touché par la pénurie de semi-conducteurs, impliquant des arrêts sur leurs chaînes de production. Ces arrêts en bout de chaîne impactent ainsi l’ensemble de la demande de la filière.

 

L’une des causes de ces effets coup de fouet sans précédents demeure un manque de visibilité sur la supply chain étendue. Ainsi, d’après une étude menée par EY, cet enjeu constitue la priorité première sur les trois prochaines années pour de nombreuses entreprises.

Dans un premier temps, la digitalisation de la chaîne d’approvisionnement couplée à l’utilisation de nouvelles technologies telles que l’intelligence artificielle et le machine learning permettent d’aider à prendre de meilleures décisions.

Par ailleurs, dans un souci de visibilité étendue, de nombreuses entreprises passent de chaînes d’approvisionnement linéaires à des réseaux intégrés, reliant les différents acteurs d’une même chaîne. Une synchronisation de l’ensemble des entités appartenant à une même chaîne permettra d’appréhender en amont les futurs impacts de demande et de réduire drastiquement les effets coup de fouet sur l’ensemble de la chaîne. Par exemple, la réaction à un changement dans la demande des clients, vue instantanément par l’ensemble d’une chaîne de valeur, c’est-à-dire les organisations, les fournisseurs, les fournisseurs de leurs fournisseurs, permettra de collectivement et immédiatement ajuster les plans d’approvisionnement et les calendriers de production. Cette synchronisation permettra ainsi aux différents acteurs d’avoir une chaîne d’approvisionnement plus efficace et optimisée, réduisant considérablement les pénuries et les surstocks.

 

Comment arriver à une visibilité étendue ?

Il est crucial pour chaque organisation de ne pas partager directement des informations confidentielles pour des raisons stratégiques. Ainsi, un acteur jouant un rôle de tiers de confiance est essentiel pour mettre en pratique une visibilité étendue d’une chaîne de valeur. Chaque entité d’une chaîne reçoit des prévisions et des recommandations de niveaux de stocks. Une synchronisation permettra aux chaînes d’approvisionnement d’être plus agiles, résilientes, flexibles et efficaces.

Que pensez-vous de la synchronisation comme solution pour une visibilité étendue et son impact positif afin de limiter les effets bullwhip ?

Industrie : faire face aux pénuries et améliorer la visibilité sur la supply chain étendue >