Bonjour Arnaud, est-ce que tu pourrais te présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Arnaud Cadas, j’ai 26 ans. J’ai rejoint l’équipe recherche de Flowlity après un doctorat à l’ENS en mathématiques appliquées.

Aujourd’hui, je travaille sur les questions de prévisions de la demande, type machine learning, et optimisation des stocks.

 

Si tu devais décrire ton métier en 3 mots :

  • Analyse : souvent notre travail de recherche se traduit par un problème à résoudre. L’objectif est donc de proposer une solution et cela commence par l’analyse des données fournies. On essaye de comprendre ce problème, de le modéliser et d’avancer des premières solutions. On va ensuite les tester et les comparer à nos premières attentes.
  • Créativité : parce que souvent on nous présente des problèmes qui n’ont pas encore été résolus. Le travail ne consiste pas juste à chercher des papiers ou des recherches déjà existantes. Nous devons souvent créer et proposer de nouvelles idées.
  • Développement : un aspect un peu moins recherche mais qui fait partie intégrante de mon quotidien. À Flowlity nous sommes responsables des solutions que l’on crée du début à la fin. On va développer et coder pour matérialiser nos idées, les implémenter, les tester et même les mettre en production.

 

À quoi ressemble ta journée type ?

Tout dépend du type de sujet sur lequel on travaille. Si l’on est en mode recherche alors je n’ai pas de journée type.
Mais nos projets se déroulent généralement de la manière suivante :

  • identifier le problème
  • lire la littérature existante : papiers sur sur le même sujet ou des sujets similaires
  • essayer d’adapter ces différentes idées à notre projet actuel
  • lister de potentielles solutions et proposer des solutions, qui peuvent mélanger plusieurs concepts existants et nos propres idées
  • essayer une par une ces solutions puis en faire une shortlist
  • optimiser cette shortlist et trouver la solution la plus adéquate
  • développer pour pouvoir la matérialiser

Le développement se fait par contre vraiment à la journée. On commence par le stand-up. On refait le fil de ce qu’on a fait la veille et ce qu’on veut faire dans la journée.

On a une liste de tickets. À chaque ticket correspond un besoin : une idée, une fonctionnalité bien précise à faire avancer ou à implémenter.

Dès qu’on prend un ticket, on en est responsable. Quand le ticket est terminé, le code est revu par 2 personnes. 

Notre travail se priorise en fonction des tickets en cours, de ceux qui doivent être revus, ceux qui sont à venir, etc. Il est également ponctué de brainstorm et de collecte de besoin client.

 

Quelles sont tes interactions avec les clients ?

Je n’ai pas vraiment d’interactions directes avec le client, mais je suis en contact continu avec les équipes business, qui elles nous partagent les attentes et besoins clients.

J’aime cet aspect concret de mon travail et j’espère avoir de plus en plus de contacts avec les clients.

Quand on fait de la recherche, on a parfois la tête dans les nuages et des idées plein la tête. 

Cette proximité avec le client apporte alors une couche plus pragmatique à notre travail. Je ne cherche pas le plus beau mais le plus simple, rapide et efficace pour le client.

 

Pourquoi Flowlity ?

Le concept était intéressant. L’optimisation des stocks est un sujet qui m’intéresse et avec lequel je suis déjà familier. 

Mais surtout l’équipe cherche à relever ce défi par de l’innovation. Ce n’est pas une entreprise qui se contente de faire mieux que la concurrence mais qui essaye foncièrement de proposer une nouvelle approche.

J’ai fait une thèse et le fait que l’entreprise soit tournée vers la recherche c’est un vrai plus. Mais c’est aussi plus appliqué et concret que mes études. Là je me sens utile. 

Il y a des clients, des utilisateurs qui sont directement impactés par mon travail. Ça m’importe aujourd’hui que mon travail serve aux autres.

Je voulais également trouver un environnement start-up. J’y apprécie l’organisation et l’atmosphère de travail. Et je ne suis pas déçu.

Vrai plus, que je ne pouvais pas anticiper avant mon arrivée : l’équipe ! Lors de l’onboarding, je devais prendre 15 minutes avec chacun pour me présenter. Je suis plutôt introverti et ce n’était pas facile pour moi. J’étais déjà mal à l’aise de prendre du temps sur leur journée.

Tout le monde m’a très gentiment accueilli. Cela m’a marqué et tout le long ça s’est confirmé. Je trouve qu’il y a une très bonne ambiance. Dans l’équipe Data comme dans l’entreprise en général.