Depuis la crise sanitaire, les supply chains n’ont jamais été aussi sollicitées et bouleversées. Alors que la crise du Covid a mis en lumière ses faiblesses et son manque de résilience, la supply chain nous est apparue plus que jamais cruciale.

Mais doit-on s’attendre à d’autres bouleversements ?

Selon le CDP,  les risques environnementaux pourraient coûter directement 120 milliards de dollars supplémentaires aux grandes entreprises via leur chaîne d’approvisionnement d’ici 2026, selon l’organisation qui collecte les données environnementales  de 8 000 entreprises. Les secteurs de l’industrie manufacturière et de l’alimentation seraient les plus touchés.

Dans son rapport Transparency to transformation : a chain reaction, l’organisation estime ce montant à 1 260 milliards de dollars dont 120 milliards d’euros dus uniquement aux chaînes d’approvisionnements.

Les raisons de ces pertes ? L’augmentation de la gravité comme de la fréquence des perturbations météorologiques (cyclones et inondations) risquent d’entraîner pénuries, retards voir arrêt des lignes de production. D’après ce même rapport, les plus grands acteurs ne seraient pas épargnés. Sur cette liste figurent par exemple L’Oréal, Walmart ou Unilever.

Ce rapport trouve d’autant plus d’écho depuis la vague de froid au Texas et en Louisiane qui a entraîné pénurie et flambée des prix sur les matières plastiques.

« La plupart des chaînes d’approvisionnement fonctionnent avec des marges bénéficiaires très étroites, l’augmentation des coûts devrait être répercutée le long de la chaîne dans un effet domino pour leurs acheteurs », souligne Maxfield Weiss, le directeur exécutif intérimaire de CDP Europe.

Covid 19 – Comment prévoir et planifier sur un marché de plus en plus volatil ? >

Plus de transparence pour mieux gérer les risques

Les secteurs les plus concernés sont l’industrie manufacturière (64 milliards de dollars), l’alimentation, les boissons et l’agriculture (17 milliards de dollars) ainsi que la production d’électricité (11 milliards de dollars).

infographie risques environnment

Certaines entreprises ont déjà bien identifié le sujet et demandent d’ores et déjà plus de transparence et d’actions de la part de leurs fournisseurs concernant leur impact environnemental.

Aujourd’hui 8 000 fournisseurs divulguent désormais leurs émissions de gaz à effet de serre, le volume des matières premières (soja, bois, huile de palme, chocolat ou café…) issues de pays à risques de déforestation et leur consommation d’eau. Toutefois, les données sont encore trop peu nombreuses et qualitatives souligne le CDP.

Pourtant ces données peuvent être un véritable « avantage concurrentiel » pour l’ensemble de la chaîne, assure Maxfield Weiss.

Vers une supply chain connectée et synchronisée >

La coopération et la  synchronisation de la chaîne d’approvisionnement semble être  un enjeu majeur pour assurer la pérennité et l’efficacité des entreprises. Le covid dont les effets se font sentir depuis plus d’un an a été un révélateur du besoin de transparence, collaboration et synchronisation de nos supply chains étendues